Le vignoble du Jura en quelques lignes !!!

  • Appellations : côtes-du-jura, arbois, l’étoile, château-chalon, macvin du Jura, crémant du Jura, franche-comté et doubs
  •  Climat : L’hiver est assez froid, parfois rude.Le printemps et l’automne sont doux et légèrement pluvieux. L’été est assez chaud. Climat tempéré continental avec influence montagnarde et un sol marno-calcaire
  • Superficie plantée : un peumoins de 2 000 hectares > c’est l’un des plus petits vignobles français ! (par exemple, il y a 34 000 hectares en Champagne !)

  • Cépages dominants : poulsard N, trousseau N, pinot noir N, gamay N, savagnin B et chardonnay B
  • Vins produits rouges, blancs, rosés, mousseux, jaunes et de paille
  • Existant dans le Jura depuis des siècles sur des coteaux entre 250 et 400 mètres d’altitude, la culture de la vigne se développe de nouveau aujourd’hui avec pour particularité ses petites exploitations et ses coopératives.
  • L’appellation générique du vignoble jurassien est le Côtes du Jura (20-25 000 hectolitres par an dont 80 % de vins blancs) mais il existe des appellations de terroir comme Arbois, la plus vaste sur près de 850 hectares produisant plus de 40 000 hl, Château-Chalon et L’Étoile, ainsi que l’appellation Crémant du Jura et le macvin obtenu par la distillation du marc du Jura.
  • La production s’est élevée en 2010 à environ 100 000 hl dont 25 % de rouges et rosés, 50 % de blancs dont le vin jaune et 20 % de Crémant du Jura auxquels il faut ajouter le macvin (3 %) et le liquoreux vin de paille produit avec des raisins desséchés.

  • Ces vins sont issus de différents cépages liés à la variété des sols et aux micro-climats. La production de vins blancs étant largement dominante, le cépage le plus répandu est le chardonnay qui représente 50 % de l’encépagement du vignoble jurassien Adapté aux sols calcaires et marneux, il donne des vins blancs secs aptes au vieillissement.
  • Cependant le cépage phare du Jura est le savagnin ( près de 20 % de l’encépagement) : très ancien, adapté aux terroirs marneux, très qualitatif et d’un rendement peu élevé, il donne des vins blancs de garde, puissants et originaux, aux arômes de noix et de pierre à fusil. Il entre aussi dans des assemblages avec le chardonnay, souvent appelés « Côte du Jura Tradition ».
  • En vendanges tardives et après une longue vinification de six ans, il donne le vin jaune de grande réputation qui fait la gloire de Château-Chalon et qui est vendu dans une bouteille de 62cl appelée « clavelin » (1500 hl par an).

  • Les vins rouges ou rosés du Jura, produits notamment dans le secteur Arbois-Pupillin, sont obtenus à partir des cépages poulsard (20 % de l’encépagement) et trousseau, de diffusion limitée et souvent proposé en rosé, qui représente environ 5 % des surfaces, principalement autour de Montigny-lès-Arsures. Le pinot noir est également présent dans le vignoble jurassien avec 10 % de l’encépagement et est utilisé principalement en assemblage.
  • Les vins du Jura restent encore peu connus au niveau national mais leur originalité qui s’associe de façon heureuse à la gastronomie locale (comté, morilles) fait leur atout et une route des vins du Jura en facilite la découverte.

Les vins dégustés
VINS DEGUSTES !!

Château de chavannes : Savagnin 24 € (prix Vintage)

Château de chavannes : chardonnay 24€ (prix Vintage)

Labet : pinot noir 2001 8.40€ (prix Vintage)

Arlay vin jaune 2002 45 € (prix Vintage)

Le Vin Jaune du Château d’Arlay est un vin sec et puissant, aux arômes de noix. Il est obtenu à partir du seul cépage Savagnin issu de vieilles vignes, vendangées et triées à la main, puis élevé près de 7 ans en fût, laissés en vidange par évaporation naturelle, sans ouillage ni soutirage ni sulfitage, sous un voile de levures indigènes, et donc sans aucun ajout de levures sélectionnées (cultivées en laboratoire), contrairement à un usage répandu dans la région. Un procédé naturel qui garanti un vin pur, sans notes rancio ou d’alcool, avec beaucoup de fraîcheur, et une finale vibrante sans lourdeur.

Un grand vin pour tout un repas. Le vin jaune se sert toujours chambré à 17°C (c’est une exception parmi les vins blancs secs !) en apéritif, ou avec bouillon aux champignons asiatiques (Shiitake), potage truffé façon VGE de Paul Bocuse, foie gras de canard, croûte aux morilles, homard grillé, lotte, Saint-Jacques, écrevisses, caviar, escargots, poularde ou coq à la crème et aux morilles, canard à l’orange, sushis japonais, fromages affinés de montagne avec pain aux noix (Vieux Comté, Mont d’or, vieux Cantal, Gruyère suisse et Appenzell, Stilton anglais, Beaufort …).

 

Ségolène Leclerc

Publicités

16 mai 2012. Étiquettes : , , , . Cours, Domaines, Photos.

Laisser un commentaire

Be the first to comment!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback URI

%d blogueurs aiment cette page :